Fondation ecclésiastique Annie-Coudray

Pour répondre aux appels pressants des populations plus pauvres

Sans abandonner leurs engagements dans les médias au Togo, les soeurs de la Congrégation Saint-Augustin oeuvrent aussi au coeur d’une  population pauvre.

Après avoir réalisé un Centre de formation pour jeunes filles à Kpalimé au Togo, elles préparent l’ouverture d’un Centre de santé et d’animation à Togoville.

Les projets qui tiennent à coeur aux soeurs:

  • Donner une éducation fondée sur les notions de transformation environnementale par l’hygiène et la nutrition
  • Amener progressivement la population à se prendre en charge en s’appuyant sur la méthode des soins primaires
  • Réduire la mortalité infantile, la mortalité maternelle, les accouchements à domicile dans de mauvaises conditions
  • Améliorer le traitement des affections courantes
  • Améliorer l’hygiène
  • Développer l’organisation d’activités préventives par des campagnes d’information, d’éducation et de communication

Le centre de santé «Annie-Coudray» a besoin de ressources pour sa fondation, la construction du Centre et son premier équipement, puis pour poursuivre jour après jour sa réalisation. L’apport externe sollicité est nécessaire pour soutenir ses activités étant donné qu’il privilégie le social et de ce fait ne peut générer des ressources suffisantes pour assurer sa survie et sa pérennité.

Fondation Annie-Coudray, CP 51, CH-1890 St-Maurice
Banque Raiffeisen, St-Maurice – CH59 8060 6000 0018 8725 6

Les soeurs prennent l’engagement que les dons seront utilisés intégralement dans le but poursuivi et remercient toute personne qui prendra part à cette oeuvre humanitaire.

Fondation ecclésiastique Louis-Cergneux

GARDER MEMOIRE D’UNE HISTOIRE PLUS QUE CENTENAIRE
« Se souvenir pour comprendre le présent et préparer l’avenir »

C’est dans ce but qu’a été créée la Fondation ecclésiastique Louis-Cergneux, du nom du Fondateur de l’Œuvre Saint-Augustin; elle est à but non lucratif.

L’Œuvre Saint-Augustin, entreprise de presse de l’Eglise catholique, fondée en 1905, a traversé le XXe siècle et poursuit aujourd’hui ses activités. Elle a vécu les incroyables évolutions et transformations des arts graphiques et de l’édition, s’adaptant sans cesse, jusqu’à ce jour aux nouvelles technologies.

Ses nombreuses publications sont porteuses d’une importante valeur historique, non seulement dans le domaine religieux, mais plus largement d’un intérêt général certain.

La Fondation a pour but de rassembler, inventorier et mettre en valeur les documents et objets intéressant l’histoire de l’Œuvre Saint-Augustin et de la Congrégation des Sœurs de Saint-Augustin.

Elle permet aussi d’éditer des ouvrages destinés à perpétuer cette mémoire, à la faire connaître et à la transmettre.

SOUTENIR LA FONDATION LOUIS-CERGNEUX, C’EST PERMETTRE D’AVANCER DANS LA SAUVEGARDE DE CE PATRIMOINE ET DE LE METTRE PEU A PEU A LA DIPOSITION DU PUBLIC.

Caisse Raiffeisen – St-Maurice – CH29 8060 6000 0002 2405 2

Sur le Web

De nombreux documents – textes, images et vidéos – sont mis à dispositions des chercheurs de sens d’aujourd’hui sur le Web. Saint-Augustin, par cette page veut vous inviter à chercher du sens à la vie.

Vous souhaitez nous proposer un contenu pour cette  page, contactez web@staugustin.ch.

Quelques vidéos

Quelques sites internet

Eglise 2.0

[posts-feed feed-url=”https://presse.saint-augustin.ch” category=”web-romand” number=”3″ title-level=”3″ display-style=”list-links”]

Notre saint patron, Saint Augustin (354 – 430)

Saint Augustin est, chronologiquement parlant, le premier grand philosophe chrétien de l’histoire. Son action fut autant politique que doctrinale. Son œuvre est immense.

«J’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif; tu m’as touché et je me suis enflammé pour ta paix»

Saint Augustin, un chercheur de Dieu, ardent défenseur de la foi (Confessions, chap. X)

Aurelius Augustinus naît le 13 novembre 354 à Thagaste en Numidie (aujourd’hui Souk Ahras en Algérie). Son père, Patricius, est un petit propriétaire foncier. L’éducation à donner au jeune Augustin cause de la tension entre les parents car le père reste attaché à la religion du paganisme romain alors que sa mère, Monique, est une fervente chrétienne (l’Eglise la fera Sainte Monique). Augustin sera élevé dans la religion maternelle. Augustin reçoit une formation intellectuelle solide et envisage un temps de devenir avocat mais, en réalité, devient professeur dans sa ville natale, puis à Carthage, où il fonde une école de rhétorique, et enfin à Rome et Milan. Pendant cette période, au désespoir de sa mère, il s’éloigne de la religion de son enfance, menant une vie intense, une vie de débauche, dira-t-il dans les Confessions, une vie tourmentée, divisée entre son amour pour la femme avec laquelle il est lié depuis l’âge de 17 ans (et dont il a, en 372, un fils, Adéodat), sa passion pour la littérature et le théâtre et ses inquiétudes métaphysiques.

Il découvre la philosophie vers 15 ans, en lisant Cicéron, mais c’est d’abord au manichéisme qu’il se convertit. Cette religion connaît à cette époque une grande expansion. Elle enseigne une vision dualiste et tragique du monde (le conflit entre le Bien et le Mal) et préconise une morale ascétique par laquelle l’âme ferait son salut en s’arrachant au monde mauvais. Augustin, déchiré par ses conflits internes, est séduit par cette doctrine et y adhère pendant 9 ans. A son arrivée à Milan, il s’éloigne déjà du manichéisme. Il subit alors l’influence du grand théologien chrétien Ambroise (plus tard Saint Ambroise) qui lui fait découvrir le néo-platonisme. Il se tourne alors vers le christianisme, mais cette adhésion intellectuelle n’est pas encore décisive.

C’est dans un jardin de Milan que lui vient la révélation. Il entend une voix qu’il interprète comme celle de Dieu. Abandonnant l’enseignement, il se retire avec quelques amis et rédige ses premiers dialogues philosophiques. Puis ce sera trois ans de vie monastique et enfin les charges ecclésiastiques. A partir de ce moment, la vie d’Augustin se confond avec l’activité qu’il exerce comme prêtre puis comme évêque d’Hippone (395). Participant activement à tous les grands conflits qui secouent l’Eglise d’Afrique, il produit en même temps une œuvre immense, à la fois philosophique et théologique. Les trois œuvres les plus célèbres seront les Confessions (396-397), La Trinité (400-416), La Cité de Dieu (411-426).

La fin de la vie d’Augustin est assombrie par l’effondrement de l’Empire romain d’Occident. C’est dans une ville assiégée par les Vandales qu’Augustin meurt le 28 août 430 à Hippone (aujourd’hui Annaba).

Une entreprise centenaire

Au service de la communication pour « donner une voix à Dieu » !

Le chanoine Louis Cergneux de l’Abbaye de Saint-Maurice (1867-1931) – où il est professeur au Collège – ressent le besoin de donner une voix à Dieu et cherche à créer une œuvre de la bonne presse afin de transmettre et fortifier la foi catholique en Valais.

D’abord connue comme Typographie de l’Abbaye, l’entreprise est déplacée en ville en 1900 et prend le nom d’lmprimerie Saint-Augustin. En 1902 s’ouvre une Bibliothèque en ville, puis en février 1905 une Librairie. Plus tard un atelier pour la confection de vêtements liturgiques, de soutanes et de drapeaux voit le jour.

Aujourd’hui, Saint-Augustin, c’est deux librairies à Fribourg et Saint-Maurice, l’édition de journaux paroissiaux dans toute la Suisse et une maison d’éditions de livres.

14 octobre 2014

Inauguration du chantier de l’immeuble comprenant un Centre médico-social, des appartements protégés et un Cabinet de groupe pour cinq médecins.

31 octobre 2011

Chapitre d’élections à la Maison mère, à Saint-Maurice: Sœur Marie-Reine Amouzou, Togolaise, est élue supérieure générale de la Congrégation

7 août 2007

Ouverture du Centre Louis-Cergneux à Kpalimé: promotion féminine et accueil spirituel.

24 janvier 2007

Ouverture d’une librairie francophone à Accra/Ghana.

2003 – 2005

Restructuration et rénovation des bâtiments de Saint-Maurice:

  • Editions et librairie
  • Médiathèque
  • Communauté
  • .

2003

Cessation du travail de flashage, d’impression et de façonnage.

Mars 2002

Premier numéro de «Parole de Vie» et début des «Editions Saint-Augustin Afrique» à Hedjranawoe/Lomé, Togo.

30 juillet 2001

Inauguration officielle de la Bibliothèque Saint-Augustin à Lomé.

2001 – 2005

Essai non concluant de la gérance de la Librairie «La Procure/Le Passage», à Genève.

2001

Ouverture d’une librairie à Hedjranawoe/Lomé, Togo.

1999

Construction de la Maison de la communauté à Kpalimé/Togo.

1996

Les Soeurs de Fribourg se retirent et confient la responsabilité du site à une laïque.

1995

Fondation d’une nouvelle communauté au Burkina Faso. Reprise de la gestion de la Librairie «Jeunesse d’Afrique» à Ouagadougou.

1994

Les trois dernières Sœurs d’un âge certain quittent, le coeur lourd, leur Patrie Tessinoise, dans le bâtiment du Giornale del Popolo, à Lugano.

1er janvier 1994

Restructuration des activités de l’Oeuvre. 3 filiales de la Société Anonyme-mère: Editions SA/Librairies SA/Imprimerie SA.

Vers 1994

Ouverture de la librairie de Kpalimé/Togo.

1984 – 1985

Construction de la maison régionale à Bè/Lomé, Togo et ouverture du noviciat africain.

Vers 1980

Construction d’une maison à Togoville.

1974

Construction d’un foyer d’accueil à Lomé.

1970

Ouverture d’un Centre audio-visuel pour la catéchèse à Lomé.

Juillet 1964

Ouverture d’une deuxième librairie à Lomé.

29 mars 1960

Départ de 3 Soeurs pour Lomé. Fondation de la Mission de Lomé/Togo le 13 avril 1960. Travail à l’imprimerie, puis à la librairie. Fondation d’un noviciat le 2 septembre 1985.

1944

Remise de l’Oeuvre de Lugano au Diocèse. Les Soeurs continuent d’y travailler et de vivre dans la maison.

29 février 1944

Décès de Mère Marie-Thérèse Sidler, co-fondatrice de l’Œuvre Saint-Augustin.

1937 – 1938

Construction de l’annexe et du bâtiment de liaison. Inauguration de la nouvelle chapelle.

1934

Début des Éditions Saint-Augustin. Premier ouvrage: de Maurice Zundel.

24 avril 1931

Décès du Père Cergneux, fondateur de l’Œuvre Saint-Augustin.

24 septembre 1929

Approbation, par Rome, des nouvelles Constitutions de la Congrégation.

22 décembre 1926

Premier numéro du Giornale del Popolo, quotidien catholique du Tessin.

1924

Édition des premiers Pfarreiblätter (Bulletins en langue allemande) pour les paroisses de Suisse allemande.

L’édition et l’impression du «Nouvelliste» sont assurées par une autre imprimerie.

1918

Ouverture du magasin de Fribourg (objets religieux et vêtements liturgiques + librairie).

28 décembre 1917

Départ à Lugano du premier groupe de Soeurs, avec le Père Cergneux.

1914

Construction et inauguration de la Maison mère, avenue du Simplon, à Saint-Maurice.

Ouverture d’une librairie à Fribourg, dont la gérance est assurée par une laïque. Quelques années plus tard, la communauté des Soeurs de Fribourg en assurent la direction.

Mars 1908

Édition des premiers Bulletins Paroissiaux (Vernayaz et Saint-Maurice).
Construction de la maison actuellement occupée par la Banque Cantonale du Valais, à Saint-Maurice.

10 septembre 1906

Date officielle de la fondation de la Congrégation. Voeux de Marie-Thérèse Sidler et (probablement) de Herminie Saint-Martin et d’Eugénie Gard, dans l’église paroissiale de Vernayaz.

21 juin 1906

Approbation des Constitutions par Mgr Jules-Maurice Abbet, évêque de Sion.

8 juin 1906

Installation de la Communauté aux Terreaux à Saint-Maurice.

13 avril 1905

Ouverture de la Librairie / Bibliothèque à Saint-Maurice.

31 mars 1905

Constitution de la «Société de l’Œuvre de Saint-Augustin à Saint-Maurice» (Société anonyme).

17 novembre 1903

Fondation du «Nouvelliste».

15-16 septembre 1903

Le Conseil de l’Abbaye donne feu vert pour l’Œuvre.

1900

Installation de l’Imprimerie aux Terreaux, Saint-Maurice.

Juin 1899

Premier numéro des Echos de Saint-Maurice imprimé dans les sous-sols de l’Abbaye: première appellation de l’«Imprimerie Saint-Augustin».

1897 – 1898

Dans sa chambre à l’Abbaye, le chanoine Cergneux réalise la première composition: «15 minutes pour Dieu».
Achat d’une première, puis d’une deuxième presse manuelles.

16 octobre 1876

Naissance de Marie-Thérèse Sidler

16 avril 1867

Naissance du Louis Cergneux