Jeanne de La Bosse – Martin Nicoulin

Une «sainte» du Jura

«Elle vit dans les mémoires des gens» titrait Le Quotidien jurassien dans un article à l’occasion du 425e anniversaire de la naissance de Jeanne Froidevaux, née à La Bosse près de Saignelégier le 15 août 1596 et morte à 29 ans, dans le couvent des Annonciades célestes de Pontarlier.

L’historien Martin Nicoulin nous fait revivre dans un style vivant et bien documenté le fabuleux destin de celle qu’on appelle de manière non officielle la «sainte des Franches-Montagnes», une femme extraordinaire, mystique et féministe avant l’heure, dont le culte est toujours resté populaire dans le Jura.

Jeanne a du tempérament: elle sait ce qu’elle se veut ou plutôt ce que Dieu veut pour elle. Elle s’est opposée en vain au mariage que ses parents lui ont imposé, avant de répondre à un appel profond et d’embrasser la vie religieuse. Entrée chez les Annonciades, ses consœurs ne lui ont pas rendu la vie facile. Au départ son mysticisme dérangeait, hormis pour son confesseur, le jésuite Étienne Parisot, qui lui a consacré un ouvrage érudit et qui a vu en elle «l’une des plus doctes et savantes, et plus illuminées des filles qui fut au monde».

Sur les bases d’un ancien oratoire, une chapelle en l’honneur de Jeanne est construite à La Bosse en 1898. Aujourd’hui, une association perpétue la mémoire de la «sainte».

Disponible dès le 12 septembre 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

saint-augustin.ch