Amoris Laetitia – Pape François

Exhortation apostolique post-synodale sur l’amour dans la famille

L’Église est une famille de familles, constamment enrichie par la vie de toutes les Églises domestiques. Par conséquent, «en vertu du sacrement du mariage, chaque famille devient à tous les effets un bien pour l’Église. Dans cette perspective, ce sera certainement un don précieux, pour l’Église d’aujourd’hui, de considérer également la réciprocité entre famille et Église: l’Église est un bien pour la famille, la famille est un bien pour l’Église. Il revient non seulement à la cellule familiale, mais à la communauté chrétienne tout entière de veiller au don sacramentel du Seigneur».

Pape François

Préface de Pierre-Yves Maillard, vicaire général du diocèse de Sion.

Discernement, dialogue, engagement pastoral: l’exhortation apostolique sur l’amour dans la famille «Amoris laetitia» (la joie de l’amour), du pape François, vient d’être rendue publique. Très attendue, elle est l’aboutissement des deux Synodes sur la famille d’octobre 2014 et 2015. Le pape estime que malgré les nombreux signes de crise du mariage, «le désir de famille reste vif, spécialement chez les jeunes et motive l’Église».
Le nouveau document du pape ne modifie pas la doctrine de l’Église sur le mariage et la famille. Il vise plutôt à la «recontextualiser». L’exhortation «Amoris laetitia» est donc de nature essentiellement pastorale. Il s’agit d’inculturer les principes généraux de l’enseignement de l’Église sur ces sujets, pour qu’il puisse être compris et mis en pratique par chacun.

Les thèmes traités par l’exhortation sont variés et nombreux, d’où un texte assez long. Le Saint Père évoque tout d’abord la question des familles sous l’angle des textes bibliques. Il s’attarde ensuite sur la situation actuelle, sur la réalité et les défis des familles, tout en rappelant certains éléments
fondamentaux de l’enseignement de l’Église sur le mariage. Les deux chapitres centraux du document sont consacrés à l’amour dans le mariage. François met en exergue certains parcours pastoraux capables de construire des foyers solides et féconds selon le plan de Dieu. Il consacre un chapitre à l’éducation des enfants.

Quant au débat controversé concernant les divorcés-remariés et les concubins, le pape ne tranche pas. Il écrit que ceux-ci font partie de l’Église et ont besoin d’une attention pastorale miséricordieuse et encourageante. Il laisse le soin aux évêques de régler ces questions au cas par cas et selon la charité fraternelle. François insiste: l’Église doit intégrer chaque personne dans sa différence, quelque soit son statut. En cette année consacrée à la miséricorde, dit le pape, l’Église doit accompagner d’une manière attentionnée ses fils les plus fragiles, marqués par un amour blessé et égaré en leur redonnant confiance et espérance.

On en parle

L’Angelus, avril 2016