S’accueillir vulnérable – Jeff Roux

Un chemin pour aimer

Après Jésus, mon ami, mes emmerdes (Saint-Augustin, 2012), livre dans lequel il raconte sa conversion, Jeff Roux engagé depuis dans la pastorale paroissiale, fait face à un inquiétant constat: la vie en paroisse ne favorise pas toujours notre libération spirituelle. L’annonce de la Bonne Nouvelle n’amène pas forcément les baptisés à se découvrir aimés et habités de la présence de Dieu!

Comment dès lors partager ce bouleversement d’Amour et vivre dans le souffle de l’Esprit? Une situation de conflit en Église l’amène à changer de regard sur «son œuvre» et celle des autres. Un nouveau cheminement spirituel se dessine: en accueillant sa propre vulnérabilité, il en vient à vivre une fraternité renouvelée, même avec les personnes avec qui il est en tension. Tout l’enjeu consiste à dépasser ses propres blocages et désirs de pouvoir pour arriver à «aimer ses ennemis» sans concession.

On en parle

«Le regard et la mission de Jeff Roux», Triangles, novembre 2021

4 commentaires sur “S’accueillir vulnérable – Jeff Roux

  1. Merci pour ce témoignage sans fards. Il est en effet parfois difficile de trouver sa place dans l’assemblée à cause de blocages personnels, de frustrations… Tant d’éléments peuvent faire qu’on s’y trouve mal à l’aise, insatisfaits… Sentir que l’essentiel est dans la présence du Christ parmi nous permet de reconnaître les autres comme frères.
    La lecture me fatigue beaucoup maintenant, je ne pourrai malheureusement pas lire votre ouvrage et je le regrette. Ce que vous nous avez dit ici devra me suffire et c’est déjà beaucoup^. Merci.
    Fraternellement.
    Jacques MARIE

  2. Merci Jacques Marie pour votre mot.
    Je viens volontiers chez vous vous lire le livre si vous le souhaitez.
    Tout de bon et peut-être à bientôt.
    Jeff Roux

  3. Bonjour Jeff ! Merci de votre témoignage et de la sincérité de vos propos…oui l’Eglise a besoin dans tous ses membres de reconnaître qu’elle est aussi vulnérable….qu’elle est doit être pauvre pour pouvoir accueillir l’autre dans ce qu’il est vraiment et ne pas jouer des rôles ( bien mal interprétés souvent) d’être soi-même devant ceux que je rencontre et que je dois aimer ….je dis souvent ici que les pauvretés de chacun sont comme les points d’arrimage par lesquels nous nous complétons sans vouloir dominer ou concurrencer….la reconnaissance de ses vulnérabilités …de sa pauvreté est pour moi le commencement du vrai chemin avec le Christ…..je serais très heureux de vous rencontrer pour en parler et surtout de pouvoir recevoir votre témoignage.
    …..Cordialement et avec ma prière et celle de mes Frères + Père Abbé André

  4. Je suis le Père Abbé de l’Abbaye Saint Benoit de Port-Valais au Bouveret !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *