Une piété itinérante

Souvent mal aimés, car méconnus, les Yéniches et les Sintés ont subi nombre de discriminations durant des siècles. En 2016, afin de vaincre les préjugés, le Conseil fédéral leur a promis qu’ils seront reconnus en tant que minorités nationales sous leurs appellations correctes et non plus en tant que «gens du voyage». Mais la route reste longue pour cette population empreinte d’une piété hors du commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *